Tolona (la lutte)

Le 29 Mars dernier, c’est jour férié à Madagascar, en souvenir du 71ème anniversaire du 29 Mars 1947. C’était un évènement historique nommé « la révolte de 29 mars » car, dans la nuit de 29 au 30 Mars 1947 des hommes attaquent le camp militaire français à Moramanga. Des émeutes, des révoltes éclataient presque dans toute l’île. Plusieurs Malagasy y ont laissé leur vie. Le parti politique MDRM, un mouvement politique indépendantiste est présumé responsable de la révolte. Les dirigeants sont exilés, condamnés aux travaux forcés, emprisonnés et même fusillés comme lieutenant RANDRIAMAROMANANA Albert en 1948.

C’était une révolte contre le pouvoir colonial. Madagascar a perdu son indépendance … Suite …

Apprendre le malgache #30 : Tolona

Tolona (la lutte)

A: 29 Mars androany, andro fahatsiarovana ireo mahery fo an’ny firenentsika

PH: 29 Mars androuani, androu fahatsiarouvan ‘réou mahéri fon’ni firénétsika

TR : Aujourd’hui c’est le 29 Mars, la commémoration de nos braves martyres.

B: Eny tokoa, ilaina dia ilaina ny fahatsiarovana azy ireo sy ny fampafantarana ny tantara amin’ireo taranaka mifandimby.

PH : éni toukoua, ilain dé ilain ni fatsiarouvan azi réou si ni fapafataran ni tantara amin’iréou taranaka mifandimbi

TR : Oui, la commémoration est vraiment importante et apprendre aux générations l’Histoire.

A: Marina mihitsy izany amin’izay fantatr’izy ireo ny lalana tokony izorana

PH: Marin mintsi ‘zani amin’zai fantatr’izi ‘réou ni lalana toukouni izourana

TR : Oui, c’est vrai comme ça ils savent où mettre leurs pieds.

B: Sady mba tsy ho very maina koa ny tolona nataon’ny teo aloha e.

PH: Sadi ba tsi hou véri kou ni touloua nataoun’ni téou alouha .

TR : Ainsi, les luttes de nos aînés ne seront pas vaines.

Et maintenant c’est à vous !

La période de soudure

La saison de pluie, c’est-à-dire l’été est la période de soudure pour nous autres Malagasy. Pour cette saison, la pluie est abondante et cela durera jusqu’en fin mars. Une bonne saison de pluie est une aubaine pour le Sud. Les paysans peuvent cultiver et la famine ne sera pas au rendez-vous pour cette année. C’est également une réjouissance pour tous les paysans malagasy car ce qu’on a semé est « arrosé » naturellement et les rizières ont assez d’eau. La sècheresse de l’année dernière où les paysans n’ont pas pu cultiver à leur guise n’est plus qu’un mauvais rêve.

Mais, comme on dit, ce qui fait le bonheur des uns est un malheur pour d’autres.

Suite …

Apprendre le malgache #29 : la période de soudure

NY MAINTSO AHITRA (LA PERIODE DE SOUDURE)

A : Fa enjana ihany aloha ny miatrika an’ilay maintso ahitra e, aiza ve koa isan-taona izao dia miha mitombo foana ny fahasahiranana.

PH : Fà énàna iani alou ni miatrika an’lé mèntsou aitra é, aiza vé ko isan-yaoun ‘zaou dé miha mitoumbou fouana ni fasahiranana.

TR : Mais c’est vraiment difficile de faire face à la période de soudure, plus chaque année ça devient de plus en plus compliqué.

B : Ie, aiza ve koa miaraka tonga amin’ny tsy fiakaran’ny vokatra ny rivodoza sy ny tondradrano izay manampy ny fahasahirana efa misy amin’ny andavan’andro.

PH : Ié, aiz vé kou miarak tounga amin’ni tsi fiakaran’i voukatra ni rivoudouza si ni toundradranou ‘zai manampi ni fasairanan éfa misi amin’i andavan’androu.

TR : Oui, en plus il y a le cylone et l’innondation qui arrive juste au moment où on n’a pas de récolte qui vont s’ajouter au difficulté que l’on rencontre déjà tous les jours.

A : Tena enjana ihany aloha ilay izy e, ny kilaoan’ny vary izao no efa ho telo arivo ariary (3000 ariary) kanefa tsy misy akory ny vola miditra.

PH : téna énjana iani alou ‘lé izi é,ni kilaoun’ni vari ‘zaou no éfa ho télo arivou ariari anéfa tsi misi akouri ni voula miditra.

TR : C’est vraiment difficile si l’on n’énumère que le prix du kilo de riz qui s’élève à 3000 ariary alors qu’on a même pas de source de revenu.

B : Dia tsy hita intsony izy ity fa ny aina no mateza e !

PH: Dé tsi hita ‘tsoni izi ty fa ni aina nou matéza é !

TR : ET ben on ne sait plus où se donner la tête mais il faut tenir bon.

Maintenant à vous !

 Leçon du jour :  Ny vola (l’argent)

-100 ariary : ariary zato (ariari zatou)

-200 ariary: roanjato ariary (rouanjatou ariari)

-500 ariary: dimanjato ariary (dimajatou ariari)

-1000 ariary: arivo ariary (arivou ariari)

-2000 ariary: roa arivo ariary (rou arivou ariari)

-10000 ariary: iray alina ariary (rai alina ariari)

-20000 ariary: roa alina ariary (rou alina ariari)

Réunion de famille

En début d’année, les malagasy ont la bonne habitude de se souhaiter une très bonne année. Des fois, le jour de l’an on n’arrive à joindre que les parents les plus proches. Pour les autres, comme les familles plus éloignées, les personnes de même association, de même travail ou de même partie politique, la festivité de bonne année se fait plus tard pour différente raison. Mais mieux vaut tard que jamais et chacun s’y met de bonne grâce.

Au nom du Fihavanana, une telle festivité est nécessaire. Dans une grande famille, Suite…

Apprendre le malgache #28 : réunion de famille

FIAONAN’NY MPIANAKAVY (REUNION FAMILIALE)

A: Aiza indray hono ny fifampiarahabana tratry ny taonan’ny fianakaviantsika no atao amin’ity taona ity e?

PH: Eza ‘ndrai ounou ni fifapiarahabàna tràtri ni taounan’ni fianakavitsika nou ataou amin’ty taouna ti é?

TR: Les festivités pour fêter la nouvelle année dans notre famille se tiendront où ?

B : Any amin’ny mahazatra ihany e, ao amin’ny tranon-drazana eny ambanivohitra dia samy mitondra ny sakafo sahaza azy avy sy izay heverina fa kilalao mampialavoly ny mpianakavy e, tsy misy fiovana ny fandaminana e.

PH : ani amin’i ma zatr iani é, aou amin’ni tranoundrazana éni ambanivohitra dé sami mitoundra ni sakafou sahaza azi avi si ‘zai hévérina fa kilalaou mapialavouli ni mpianakavi é, tsisy fiouvana ni fandaminana é.

TR : Comme d’habitude, dans la maison ancestrale dans notre village natal et tout le monde apporte à manger et des jouets pour se divertir, en fait rien n’a changé.

A: Tsara kosa izany koa, dia any indray izany no mihaona sy miara-miala voly ko!

PH: Tsar kous ‘zani kou, dé ani ‘ndray ‘zani miona si miara mialavoli kou!

TR: C’est super, donc on se voit là-bas pour s’amuser et se divertir.

B : Ie sady efa ela anie izay tsy nihaonana izay e, efa samy reraky ny rotoroton’ny fiainana ka mba hiala voly kely miaraka amin’ny fianakaviana indray e !

PH : ié, sadi éfa éla anié ‘zay tsi noaounana ‘zai é,éfa sami réraki ni routouroutoun’ni fiainana ka mba iala vouli kéli miaraka amin’ni fianakaviana ‘ndrai «é !

TR : Oui, en plus ça fait longtemps que l’on ne s’est pas vu, on est tous pris dans la routine de la vie quotidienne et on a besoin de se divertir un peu avec la famille.

Et maintenant c’est à vous !

VERN TIERS MONDE a bradé !

Après une belle soirée de rencontre entre les Chartrains et SoliRando Vtm , les membres de VERN TIERS MONDE ont tenu un stand et participé à l’organisation de la braderie de Vern sur seiche. Beaucoup de ventes dont les bénéfices serviront à mener des actions dans les pays suivis par l’association.

Appel à volontaires

Le 22 avril la fête de la commune de VERN  aura lieu avec VERN TIERS MONDE.  L’association est présente sur l’organisation de la fête, et nous devons tenir et gérer une buvette sur la journée.
Nous avons besoin des  bénévoles sur toute la journée pour la buvette, tenir le stand  VERN TIERS MONDE et aider le comité des fêtes  pour le service du midi et d’autres tâches qui nous serons confiées.
Les personnes qui souhaitent participer à cette journée peuvent s’inscrire auprès de Maryvonne et Hervé .
Cette journée permet de gagner un peu d’argent pour nos actions : Merci d’avance de votre participation !

Les Fardsfelus remontent sur les planches

Pour la troisième année, la troupe de théâtre Les Fardsfelus de Nouvoitou montera sur les planches pour son spectacle annuel au profit de VERN TIERS MONDE.
Un bon moment à passer seul ou en famille … et une bonne action pour votre association puisque les bénéfices sont reversés à VERN TIERS MONDE.
Alors venez nombreux les applaudir !

Bourse solidaire : objectifs dépassés !

Dimanche 28 janvier se tenait la 2ème édition de la Bourse solidaire aux livres et aux collections, organisée en commun par VERN TIERS MONDE, le Philatelic’Club de Vern, et PHILAPOSTEL Bretagne. L’objectif était défini : transformer la réussite de la 1ère édition en accueillant encore plus de visiteurs.

P1150523Dès 6 heures,  Lire la suite

Noël 2017

Pour les Malagasy, Noël est une grande fête comme la fête nationale du 26 juin. Chaque famille fait de son mieux pour fêter : décoration de la maison avec l’arbre de noël et guirlandes. Autant que possible les parents achètent de nouveaux vêtements et chaussures pour leurs enfants. Les plus petits auront des jouets en fonction de leur âge.

Certains enfants croient au père noël, aussi, … Suite …

Apprendre le malgache #27 : pendant les fêtes

Tonga ny fety e (les fêtes arrivent)

A : Tonga indray ity ny fety fa saingy ny vidimpiainana aloha dia tsy mitsahatra ny miakatra e.

PH : Tounga ndrai ti ni féti fa sengi ni vidimpiainana alou dé tsi mitsahatra miakatra é.

TR : Et les fêtes arrivent pourtant le cout de la vie augmente de jour en joue

B : Ie, marina mihintsy izany, soa ihany ary fa mba misy ireo malala tanana mba manome an’ireo tsy manana mba afahan’izy ireo mifaly amin’izao fety izao.

PH : Ié, marina mintsu zai, sou ihani ari fa ba misi iréou malala tanaa ba manoumé an’iréou tsi manana ba afahanizi réou mifali amizaoy féti zaou.

TR : Oui, c’est totalement vrai, heureusement qu’il y a les bienfaiteurs qui aide les plus démunies pour qu’ils puissent avoir un peu de joie pendant ces périodes de fête.

A : Fa isika tsirairay koa anie dia efa afaka mizara hafaliana kely amin’izao andro fety izao e, manome sy mizara izay kely eo antanana e.

PH : Fa sika tsirairai kou anié d’éfaafak mizar hafaliana kéli amizaou androu féti zaou e, manoumé si mizara zai keli éou antanana é.

TR : Mais chacun de nous aussi peut partager un peu de joie pendant ces fêtes, partager le peu que l’on a.

B : Izay no tena marina amin’izay mba samy mizara kely izay eo antanana e. Dia samy anao fety sambatra daholo anie isika rehetra.

PH : ‘zai nou téna marin amzay bas ami mizara kéli ‘zai eou antanana é. Dé sami anaou féti sambatra daoulou anié sika réhétra

TR : Oui c’est l’idéal comme ça chacun partage ce qu’il a. et on passera tous de merveilleuse fête.

Maintenant c’est à vous !

Apprendre le malgache #26 : prendre le taxi

Maka taxi (prendre le taxi)

A : Hono oa Ramose, ohatrinona kay ny makany Androhibe ?

                PH: Hounou oua Ramousé, otrinouna kai ni makani Androuibé?

                TR : Dites, Monsieur combien pour aller à Androhibe ?

B: Roa alina ariary Ramose a.

                PH: Rou alin’ariari Ramousé a!

                TR : 20 mille ariary Monsieur !

A: Tena izay ve Ramose? Tsy mba mety ve raha dimy arivo sy iray alina ariary e?

                PH: Téna izai vé Ramousé? Tsi ba méty vé rah dimi arivou si irai alina ariari e ?

                TR : Vraiment Monsieur ? Aller, on va pour 15 mille ariary

B: O Ramose a, mitoana be anie izao amin’iny lalana iny e, dia tsy maintsy manodidina isika aloa!

PH: o Ramousé a, mitouana bé anié ‘zaou amin’iny lalana iny é, dé tsy mentsy mioudina tsika alou!

TR: Mais Monsieur, il y a beaucoup de bouchon en ce moment dans cette partie-là et on doit faire un peu le tour

A: Eo moa Ramose fa tena tsy misy afatsy izay anie aty e!

                PH: Eou mou RSamousé fa téna tsi misi afats’izay anié ati é!

                TR: S’il vous plait monsieur je n’ai que ça!

B: Miakara ary ianareo e!

                PH: Miakara ari naréou é!

                TR: Montez alors!

Il ne vous reste plus qu’à répéter : à vous !

Les Taxis ville

A Antananarivo, les taxis villes sont très nombreux. Ils se reconnaissent facilement par leur couleur beige, leur lanterne et le mot « taxi » marqué en noir à leur portière. C’est la commune Urbaine d’Antananarivo qui délivre la licence des taxis. C’est elle qui fixe les lois sur les taxis villes. Aussi, les taxis doivent suivre des règlements comme les lieux de stationnement et payer des taxes. Nos chauffeurs de taxis sont propriétaires ou locataires. S’ils sont chauffeurs locataires … Suite …

Taxis au stationnement

Apprendre le malgache #25 : chez la couturière

Tany amin’ny Mpanjaitra (chez la couturière)

A: Manao ahoana ô! Ohatrinona  ny manjaitra an’ity dra ity fa ohatrany misy tataka kely izy ity, sady mila amboarina koa ny sisiny. Ary raha apetraka androany dia rahoviana no vita?

PH: Manaou ahouna ô! Ohatrinouna  ni manjaitra an’ty dra ty fa ohatrani misy tataka kéli izy ty sadi mila ambouarina kou ni sisini. Ary rah aétraka androani dé raouvina nou vita?

TR: Bonjour, à combien vous allez coudre ce drap parce qu’il a quelques déchirures et il faudra aussi revoir ses bordures. Et si je le laisse ici aujourd’hui, dans combien de temps vous allez le finir ?

B: Manao ahoana ô!Somary sarotsarotra ihany izy ity koa. Aleo angamba apetrakao eto amiko ity dia amin’ny herinandro ianao miverina maka azy , amin’izay izaho miteny aminao hoe ohatrinona ny nanao azy!

PH: Manaou aouna ô!Soumari saroutsaroutra   ihani izy ‘ty kou. Aléou ‘ngamba apétrakaou étou amikou ty dé amin’ny érinadrou énaou mivérina maka azy , amin’zay za mitény aminaou oe  otrinouna ny nanaou azi!

TR: C’est un peu compliqué hein! Je pense que tu dois me le laisser et revenir la semaine prochaine pour le reprendre , en même temps je te dirai à combien je l’ai fait.

A: Eny ary e, aza dia atao lafo be na dia izany aza e! Eto foana izany ianao dia amin’ny heriny androany zany izaho miverina fa avelako eto ity ho zairinao !

PH: Eni ari é, aza dé atau lafou bé na dé ‘zany aza é! Etou fona ‘zani énaou dé amin’ny ériny androuani ‘zany za mivérina fa avélakou étou ‘ity hou zairinaou!

TR: D’accord, faites en sorte que ça ne soit pas trop cher quand même ! Donc vous êtes toujours dans cet endroit alors je vous retrouve ici la semaine prochaine !

B: Eny e, eto foana aho ary ezahako ho vitaina  fa tsy dia mbola be zaitra koa mantsy amin’izao!

PH: Eni é, étou fouana ahou ari ézaakou ou vitaina  fa tsy dia boula bé zaitra kou makou am‘zaou !

TR: Oui je suis toujours là et je vais les finir vue que j’ai pas beaucoup de travail maintenant.

A: Zay ary fa dia misaotra betsaka e! veloma ianao!

            PH: Zay ary fa démisaoutra bétsaka é! Vélouma énaou!

            TR: C’est tout donc merci et aurevoir!

B: Tsy misy fisaorana dia andao ary ô!

            PH: Tsis fisaourana dé ‘ndaou ari ô !

            TR : De rien, aurevoir alors !

Maintenant, c’est à vous !

Fanja, couturière à domicile

Fanja est une couturière à domicile. C’est une mère de famille de trois enfants dont deux encore de bas âge : six ans et trois ans. Son mari est fonctionnaire. Avant, elle a déjà travaillé comme machiniste dans une zone franche industrielle. Puis, elle s’est engagée comme agent de sécurité où elle travaille un jour sur deux. Pendant ses jours de repos, elle coud des chemises, des robes, des shorts qu’elle vend au marché d’Andravoahangy de très bon matin, chaque mercredi. Elle a voulu développer son affaire … Suite …

Fanja au travail.

Coutumes Malagasy

grands-parents et le petits filsComme dans tout pays du monde, Madagascar a ses propres coutumes. Elles font partie de son identité. Certes, ces coutumes varient dans chaque région, voire même dans chaque famille. Mais, ce qui est certain c’est que le fond est commun, basé sur le « Fihavanana » qui n’est point facile à traduire en français, mais le mot fraternité peut le traduire.

Pour entretenir le Fihavanana … Suite …

Apprendre le malgache #24 : le tabou

Ny fady (le tabou)

A : Hono ho aho, mba misy fady ve aty aminareo aty ?

PH: Hounou oua, mba misi fadi vé ati aminaréou ati ?

TR : Dis, est-ce qu’il y a des tabous ici ?

B: Ie, ny olona avy aty amin’ity faritra ity aloha fady tongolo sy hena kisoa e! Fa izahay manokana tsy misy zavatra maha fady anay noho izahay mpiavy eto.

PH: Ié, ni ouloun avi ati amin’ti faritra ‘ti alou fadi toungoulo sy héna kisou é ! Fa ‘zahai manoukana tsisi zavatr ma fadi anai nouhou ‘zahai mpiavi étou.

TR : Oui, les gens qui viennent d’ici ne mangent pas d’oignon ni de viande de cochon ! Mais pour nous, on n’a pas de tabou parce que nous ne sommes pas des natifs d’ici.

A: Izany hoe ianareo izany mihinana ihany? Dia fa maninona hono no misy izany fady izany e?

PH: ‘zani houé naréou ‘zani minana iani? Dé fa maninouna hounou nou misi ‘zani fadi ‘zani é ?

TR : Donc vous vous en mangez ? Et quelle est la raison de l’existence de ces tabous ?

B: Mihinana izahay ka, sady tsy misy na inona na inona mahazo anay izany fa fotsiny rehefa hoe misy toerana fady an’ireo zavatra ireo dia tsy mihinana raha hoe andeha ho any. Dia misy antony avy any amin’ny razambe andry zareo any fa tsy fantatro tsara aloha e

PH: Mihinana ‘zay ka, sadi tsisi na inouna na inouna mahazou anai ‘zani fa foutsini réhéfa houé misi touérana fadi an’iréou zavatr’reou dé tsi minana ra oué hou ani. Dé misi antouni avi ani amin’réou razambé andri zaréou ani fa tsi fantatrou tsara alou é!

A: Ai, fa ireny tokoa kay moa tsy maintsy hoe misy dikany foana fa ry zareo ihany no mahafantatra azy koa.

PH: aiiii, fa réni toukoua kai mou tsi maintsi misi dikani fouan fa ri zaréou iani nou mafantatr’azi kou.

TR: Ah oui, donc il y a toujours des raisons pour ces tabous mais c’est seulement eux qui le savent.

B: Ie, fa raha any amin’ny fianakavianay manokana aloha dia tsy misy an’izany fady izany e. Akotran’ireo fady iraisan’ny besinimaro ohatra hoe ny miaraka amin’ny olompady sy ny sisa.

PH: Ié, fa ra ani amin’ni fianakavinai manoukan aloud é tsisi an’zani fadi ‘zani é. Akotranréou fadi iraisan’ni bésinimarou, ouatra oué ni miaraka amin’ouloupadi si ni sisa.

TR : Oui, mais pour notre famille, on n’a pas de tabou spécial. Juste les interdits pour tout le monde comme l’interdiction de coucher avec les personnes interdites c’est-à-dire les gens de la famille etc…

Maintenant c’est à vous !